21.11.12

Le livre/machine de Philip Goy

Un livre/machine pour tous les humaniser. 



Mécanisme de l'histoire
Dans Bloc-Rome fleurit une civilisation ludique qui a su éliminer les inhibitions, les ambitions et même le travail. Le jeune Matteo retrouvera-t-il son optimisation après sa rencontre avec le pape Pix XIV et la belle Magdalena ? Le président Schreber saura-t-il réagir devant le froid envahissant ? Et, finalement, qu'est-ce qu'un MONSIEUR ?
Cette utopie provocante entretient des rapports singuliers avec l'audio-visuel et caricature notre époque de dérive monétaire, d'électoralisme, de consommation.... et de crise de l'énergie.
Mais quel est donc ce livre qui a machiné cette civilisation ?

Mon sentiment 
(Le livre/machine de Philip Goy)
Quelle étrange expérience que ce livre. Difficile d'en parler tant l'auteur semble s'être amusé à tout faire pour nous dérouter. A commencer par un monde, un langage, une vitesse, bref, un univers qui lui est propre alors que tout semble nous emmener dans un monde de science-fiction plus classique. Car le fond de l'histoire semble connu; dans un monde utopique, dirigés par des PDG électroniques, manipulant à leur guise un président fantoche, un homme, Mattéo, va s'éveiller et prendre conscience du monde absurde pour lequel il est conditionné.



Mais tout se complique au fil des pages; un typographie particulière parsemée de termes parfois complexes à assimiler, un monde dans lequel richesses, modes, consommations et pouvoirs fluctuent à une vitesse proche de celle de la lumière, parfois plus vite qu'on ne peut la lire et tout cela dans l'univers oppressant de Bloc-Rome sur fond de réflexion (et de dérision) de notre société de consommation. Tout semble y être exacerbé, accéléré; la politique, la surpopulation, la surconsommation, la gestion de l’énergie, la religion, même la croissance (et la mort) des êtres humains.



Le Livre/machine se lit comme une expérience atypique dont je suis ressorti quelque peu perturbé et sans voix, pour ne pas dire sans mot.

Pièces détachées

"FUC-SUC PDG:

-Messieurs, un dernier point. Nous avons à diffuser, dans le cadre du programme Vatican, un livre intitulé: Le Livre/Machine.



NIQ-DUR PDG et PIC-PUS PDG (ensemble, avec dégout):

-Ah! Le programme Vatican...

-Ah oui! Le programme Vatican...


FUC-SUC PDG (même jeu):

-C'est une oeuvre archaïsante sans intérêt, qui n'a pas la moindre chance de succès. (Perte sèche à se partager, désolsorry.) Et pourtant nous allons la répandre avec tous nos moyens... Personnellement, je trouve stupide de gaspiller tant de kilowatts! D'un autre coté, ces deux personnes extérieures ne consomment plus chez nous, et c'est encore une économie.



NIQ-DUR PDG:

-Objection, Monsieur n°1. Dans Bloc-Rome nous les aurions depuis longtemps envoyés à la réforme pour inaptitude à l'optimisation!"

Logo Livraddict

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire