20.8.13

Les enfants du crépuscule de Serge Brussolo

Mécanisme de l'histoire
Curiosité locale, la maison de poupées géante de la famille McGregor attire les touristes de tous les coins de la Floride. Interminable labyrinthe, elle abrite des poupées d'une beauté étrange. On dit que le fantôme d'une petite fille y aurait trouvé refuge. Depuis quelque temps la mort guette tous ceux qui s'y intéressent d'un peu trop près. Quelqu'un se décidera-t-il enfin à aller voir ce qui se cache derrière cette façade rose bonbon ? Et si oui, en reviendra-t-il vivant ?

Mon sentiment 
(Les enfants du crépuscule de Serge Brussolo)
"Ce sont des golems inertes"
Tout d'abord, je lis très peu de policiers. Mais Les Enfants du crépuscule m'a irrésistiblement attiré grâce à sa maison de poupée ainsi que par son auteur. Je me souviens encore avoir été "kidnappé" par Dernières lueurs avant la nuit. Je voulais donc "tester" cet écrivain qui m'avait subjugué dans un genre qui n'est pas dans mes habitudes. Et de toute évidence, j'ai été conquis!
Serge Brussolo est encore une fois parvenu à me plonger dans une ambiance, dans un monde. Quel fabuleux conteur! Il envoûte de ses mots et tisse un univers autour de son livre qui ne peut qu'emprisonner le lecteur. Il est certain que je lirais nombre de ses autres oeuvres.
C'est anecdotique, mais un certain nombre de détails m'auront troublés lors de ma lecture en y voyant des liens personnels
Pièces détachées
Une main de sculpteur c'est comme une main de pianiste, dès qu'elle subit des atteintes physiques, elle perd un certain pourcentage de son pouvoir créateur. Qui sait? Le tissu cicatriciel gênera peut-être mes mouvements. Un modeleur ne travaille pas avec un marteau et un burin, il caresse, il enveloppe, il pétrit. J'entretiens beaucoup plus d'intimité avec la matière qu'un tailleur de pierre qui cogne comme un sourd sur un bloc de Granit! Le modelage n'est pas un travail de terrassier, c'est plutôt un art d'accoucheur.
___________________
Peggy progressait lentement au milieu de toutes ces merveilles, ne sachant plus où donner de la tête. Tout semblait né de la folie d'un architecte ayant trop lu Alice au Pays des Merveilles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire