18.8.13

Ogres de Pier-Angelo Polver

Mécanisme de l'histoire
Mon sentiment 
(Ogres de Pier-Angelo Polver)
Lu il y a déjà pas mal de temps.
Ogres ne me laisse que peu de souvenir, sinon celui d'un malaise pendant la lecture. Malaise dus, non pas au fond, mais au style, d'avoir cette impression d'être un voyeur, lui-même observé. Etrange. Ou peut-être ce sentiment de lire qu'on est en train de lire cela. Ogres fait donc désormais partie des livres que j'ai réussis à terminer, en attendant le mot "fin" avec une certaine impatience

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire