23.9.13

Le monde sans femmes de Virgilio Martini


Mécanisme de l'histoire

Elles en meurent toutes... et toutes sont frappées ! Il suffit qu'elles aient l'âge de la puberté pour que le virus qui ravage la terre entière atteigne les femmes capables de procréer.

Ce monde de l'an 2000 ne peut plus avoir de mères ! Ce monde sans femmes, qui sombre dans la décadance, appartient désormais aux misogynes et aux célibataires involontaires. Mais pour combien de temps ?

Mon sentiment 
(Le monde sans femme de Virgilio Martini)
Voilà un des livres que je souhaitais dénicher plus que certains, pour la simple et bonne raison que je ne croyais pas mettre la main dessus. Je n'ai donc pus résister très longtemps et, mettant de coté ma lecture en cours, je me suis jeté à corps perdus dans Le monde sans femmes ( sans jeu de mot). 
Pour commencer, il est bon de préciser qu'il s'agit d'un livre conçu dans les années 1930, et que pour des raisons d'éthiques, l'auteur l'a remanié à plusieurs reprises, censurant de plus en plus au fil de ses nombreuses relectures. 
Le monde sans femmes nous offre une vision de ce que pourrait devenir l'humanité si une étrange maladie tuait peu à peu toutes les femmes.( voilà pour le résumé). 
Certes le livre date un peu et cela se ressent sur certains passages où expressions. Mais il reste étrangement d'actualité quant aux questions de politiques, communications ( ha! nos chers médias), religions par exemple. J'aurai bien aimé voir la première version, non-remaniée. 
L'auteur semble avoir opté pour un style presque journalistique; des faits, peu d'opinion, presque pas d'émotion. Sur ce point, je n'ai pû m'empêcher de repenser à Ravage, de Barjavel, que j'avais détesté à cause des personnages ( enfin, DU personnage, les autres étant inexistants). Ici, les personnages, principaux ou secondaires sont mieux traités, sans être ni sympathique, ni antipathique, ni même, après réflexion, très développés. Ils font ce qu'ils ont à faire, parce qu'il faut le faire.

Le monde sans femmes est une curiosité ( pour l'époque) que je suis très heureux d'avoir trouvé et lu.

Pièces détachées

Le premier janvier de l'an 2000 certains journaux parlés et quelques revues religieuses annoncèrent à leurs auditeurs et à leurs lecteurs que la fin du monde était proche. Puis d'autres postes de radio et d'autres revues commencèrent à en parler ou à écrire sur ce sujet. Et cela se poursuivit tous les jours pendant deux mois.
____________________

Mais en général, l'humanité ne prit pas l'affaire au sérieux. Les mêmes journaux radiophoniques et les mêmes revues commencèrent à tourner en plaisanterie ce qu'ils semblaient d'abord avoir traité avec sérieux. Puis ils en parlèrent moins. En mars, il n'en était presque plus question ; et ceux qu'il avaient donné tout ou partie de leurs biens aux sociétés religieuses commencèrent à le regretter. En avril, avec l'ouverture des Superolympiades de Honolulu qui captèrent l'attention universelle, concentrant entièrement les possibilités de l'intelligence humaine sur la métaphysique du football, sur la transcendance du saut en longueur et sur les développements culturels et spirituels de la brasse, tout le monde oublia la menace de fin du monde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire